Alors, je m'étais couchée. La fatigue était bien là, berçant mes pas, fidèle compagne qui ne me lâchait pas depuis la grossesse. Il restait encore deux jours. Une fermeture de plus et une arrivée à la maison aux alentours de minuit, après une demie heure de marche seule, puis un samedi, et ce serait fini. Nous avons enfin récupéré Gabriel après trois semaines de balotage, entre ma soeur, ma mère et ma tante, nous retrouvons une vie de famille. Ce mois-ci aura filé à toute vitesse. La tranquilité et l'architecture des Hauts de Seine me manqueront. Il faudra profiter de l'inertie de ces semaines passées, ne pas baisser les bras. Je crois que j'aperçois la lumière, là-bas, enfin.