Hier, ëlle avait rendez-vous à l'hôpital, avec une sage-femme, à quinze heures, pour la visite du sixième mois. Comme ëlle n'avait ni ses résultats d'analyse (effectués la veille et prêts ce soir-là à dix-sept heures), ni encore fait son écho de contrôle, ëlle s'attendait à passer cinq minutes tout au plus avec la metteuse au monde. En arrivant là-bas, on lui avait dit qu'il y avait beaucoup d'attente, qu'ëlle était la dernière à passer, mais s'était dit, une heure, tout au plus, et avait un bouquin pour faire passer le temps plus vite.
La première heure s'était écoulée, et ëlle avait fermé son livre, espérant à chaque passage dans le couloir que ce serait son tour. Ëlle serait bien allée aux WC et partie se chercher quelque chose à boire ou à manger, mais était seule, et ne voulait pas manquer l'appel: "Melle ???". Ëlle patientait, voyait des dames arrivées après ëlle être prises. Même un monsieur avait été pris, alors qu'ëlle était au service "Gynécologie-Maternité". Ëlle patientait encore. Au bout d'une heure et quarante-cinq minutes, ëlle était allée voir à l'accueil si on ne l'avait pas oubliée, on ne sait jamais: "elle prend une dernière patiente et c'est à vous". Ouf.
Après deux heures et quart de retard, Monsieur François, étudiant sage-femme, était venu la chercher. Ëlle était contente d'enfin quitter la salle d'attente. Mademoiselle Hélène et Monsieur François lui avait posé plein de question, relu son dossier en entier, ëlle s'était excusée de n'avoir ni ses résultats ni le compte-rendu de l'écho de contrôle, ce n'était pas grave. Ëlle était contente qu'on lui parle, de parler de cette grossesse qui se passait bien dans son ensemble, la vivant pleinement, malgré la situation peu commune.
Ils allaient s'occuper de son petit à présent. En se levant, ëlle leur avait signalé qu'elle trouvait son rythme cardiaque un peu fort, sans connaître sa valeur, ëlle trouvait que son coeur battait vite. Ëlle leur avait même dit, au risque de paraître un peu bête, qu'ëlle se demandait parfois si ce n'était pas le coeur du bébé qu'ëlle ressentait, car ëlle savait que son petit coeur battait la chamade, qu'il se donnait à fond. Ëlle s'était allongée, et Monsieur François lui avait mesuré le ventre, première fois qu'on lui faisait. Vingt-neuf centimètres avait-il trouvé, sans trop le dire trop fort, ëlle regardait ce garçon et voyait bien qu'il attendait que son "mentor" vienne donner sa mesure. Il lui avait placé la sonde sur le ventre, et avait eu un peu de mal à trouver les petits battements, mais ëlle ne s'inquiétait pas, sachant que son fils était là, ëlle l'avait senti bouger durant l'interminable attente. Ils avaient parlé de bébé en siège, mais bon, à cinq mois et demi, il avait bien le temps de faire maintes galipettes avant de trouver la bonne position, avait-ëlle pensé. Il lui avait pris la tension. Une première fois. Mademoiselle Hélène lui avait dit de la reprendre à l'autre bras. Il s'était exécuté. Derrière le paravent, ëlle n'avait pas entendu la mesure. Ëlle était bien, allongée là, ëlle se serait presque endormie: en ce moment, ëlle dort mal la nuit, et les cernes se creusent sur son visage. On lui avait demandé si ëlle avait envie d'aller aux WC, et avait dit oui, depuis quinze heures, celà commençait à se faire sentir, il était tout de même dix-sept heures trente. On lui avait donné un petit flacon et des compresses, on ferait une petite analyse, protéines et sucre. Ëlle était revenue, et on lui avait dit de s'allonger, qu'on allait lui reprendre la tension. Ëlle commençait à trouver ça un peu bizarre. La sage-femme était partie faire son analyse, Monsieur François lui avait repris la tension, l'absence de Mademoiselle Hélène se prolongeait. Monsieur François lui avait alors dit qu'elle était partie chercher un médecin, et qu'à cette heure, c'était plus difficile. Monsieur François lui avait dit qu'ëlle était à la limite, et qu'ils ne savaient pas s'ils pouvaient la laisser rentrer chez ëlle. Ëlle s'était un peu inquiétée, mais lui avait expliqué qu'après le coup de l'ovaire à l'ego démesuré et cette peur intense, il lui fallait un peu plus pour se faire vraiment du mouron. Mademoiselle Hélène était revenue, analyse négative, on lui prenait une dernière fois la tension ici, et ils allaient l'accompagner aux urgences pour faire des examens complémentaires.
Ëlle n'avait pas du patienter longtemps, ëlle se déshabillait et s'allongeait, on lui installait le monitoring. Quatorze-sept de tension, c'était un peu élevé. On allait contrôler ça toutes les cinq minutes et observer le coeur du bébé aussi. Le monitoring l'avait un peu effrayée, qu'ëlle n'aille pas très bien, ëlle l'accepterait, mais qu'on surveille son bébé aussi, là, ëlle avait eu peur pour lui. Des larmes étaient même venues lorsqu'ëlle s'était retrouvée seule. La demi-heure était vite passée, on était même venue la voir car on s'inquiétait pour ëlle, ëlle qui devait quitter la maternité vers quinze heures trente... et il était déjà dix-neuf heures. Sa tension était redescendue, coup de stress, corps qui manifeste son impatience après les deux heures et quart de retard, nul ne savait. Ëlle pourrait rentrer chez ëlle, et passer vendredi à la pharmacie faire contrôler tout ça. On lui avait dit de ne pas hésiter à revenir si ëlle avait mal à la tête, des mouches devant les yeux, bourdonnements dans les oreilles, ou barre à l'estomac. Ëlle avait regardé l'appareil pour mesurer sa tension, et leur avait dit que, tout de même, 110 à 115 battements par minute, celà lui semblait élevé. Et qu'ëlle le sentait bien, le soir en s'endormant, que son coeur battait la chamade. Tachycardie. Ëlle en reparlerait au pharmacien, et à la sage-femme la semaine prochaine. Celà l'inquiétait un peu, mais comme ëlle le disait plus haut, il lui fallait un peu plus que ça pour se faire vraiment du mouron.

Ils étaient allés au chinois pour récupérer de ces frayeurs, s'accorder un moment de plaisir pour se venger de l'attente si longue et de la peur qu'ils s'étaient octroyés.
En rentrant, une lettre les attendait dans la boîte aux lettres, pour ëlle et le papa du bébé. Les impôts. Taxe d'habitation, sa toute première. Six cent quarante-sept € à payer avant la mi-Janvier. C'était vraiment une mauvaise journée. Ëlle penserait à comment régler tout ça demain, la journée avait été trop forte pour ëlle, tout ce qui lui importait, c'était d'aller se coucher, se reposer, et sentir son bébé sous ses doigts, cette sensation-là lui suffirait à faire oublier ses menues frayeurs.